Musée de la Lavande

La ferme familiale est située à Lagarde d’Apt en Vaucluse, petit village d’une trentaine d’âmes, qui culmine sur les hauts plateaux d’Albion à 1100 m d’altitude, entre le majestueux Luberon et l’imposant géant de Provence, le Mont Ventoux. « Le Château du Bois » a été bâti en 1820. L’origine de son nom est incertaine, en fait deux théories plausibles sont émises. La première est qu’il a fallu l’implanter dans un espace boisé, la seconde, affirme que son nom provient du bois utilisé pour sa construction.

La récolte de lavande sauvage se pratiquait alors dans les baïassières, endroit où poussaient les lavandes appelées en patois « baïasses». Pour en augmenter le rendement, les paysans les nettoyèrent en les éclaircissant pour que les plants se développent mieux, en les binant pour les désherber.
Les lavanderaies s’organisaient d’autant mieux que la vente de lavande représentait un revenu de plus en plus important, une manne à l’époque sur ces terres si pauvres. La lavande était aussi appelé l’or bleu car elle se payait fort bien et cash.

Les lavandes sauvages étaient alors coupées à la faucille par une main d’œuvre locale, souvent des femmes, des enfants, des bergers mais plus tard lorsque les chantiers de coupe se sont organisés, il n’était pas rare de faire appel à des équipes de saisonniers italiens ou espagnols.

La distillation était au début itinérante, on l’installait toujours près d’un point d’eau puis les fermes se sont équipées de leurs propres distillateurs.
Les techniques évoluèrent, la culture, la distillation et la commercialisation se professionnalisèrent dans les années trente : la lavandiculture était née